DELHI DAILY LIFE

French fries’ rain

Deux jours et un séjour à Delhi plus tard, nous récupérons les deux derniers colis made in France qui rejoignent notre team de frenchies pour les trois prochains mois. Encore non abonnés aux tuktuks et à l’ambiance « fourmilliante » de la capitale, un séjour sur place s’impose pour finir de mettre tout le monde au parfum. Nous programmons donc un départ as soon as possible, dès la fin de notre premier cours de « Services Marketing » (Constance si tu passes par là….). Nous arrivons à Delhi Lundi soir, soirée déjà entamée, pour ce soir on se contentera d’une petite bière entre nous et avec quelques copains indiens avant de (re)découvrir la ville de plus belle.

Mardi matin nous décidons d’orienter notre journée plutôt vers le quartier de « Old Delhi« , au nord de la ville. Au programme : Red Fort et Jama Masjid, une mosquée située au coeur d’Old Delhi.

Pour le RedFort (aka Lal Qila), descente en métro en plein cour de Chandni Chowk, quartier populaire pour le moins…vivant (pour pas dire clairement hyperactif). S’y bousculent vendeurs de vêtements / d’épices / de nourriture ; tuktuk en pagaille ; charrettes et j’en passe. Agoraphobes s’abstenir. Embarqués par un tuktuk (qui reste notre activité préférée du séjour), nous entrons peu après dans le fort.

Sa petite histoire à lui ? Il est le fruit d’un transfert de royaume d’Agra à Delhi par l’empereur Shah Jahan, en 1638. Refusant de s’installer au Vieux Fort (The Old Fort) (Cf article précédent) comme son grand père (Humayun) (dont on parlera après), il se fit construire une nouvelle cité toute à lui (la mégalomanie du type…). En arrivant au Red Fort on entre dans une espèce de grande cour circulaire, les bâtiments qui l’entourent sont rouge, très rouge, c’est beau. Ensuite, passage incontournable par une galerie commerçante (prix fixes donc pas de négo, et au final rien de plus que ce qu’on trouve sur les marchés et petits vendeurs de rue). On passe ensuite par une grande porte (deuxième photo) et on débouche sur un « parc » avec des bâtiments par ci par là, de l’eau (on y mettrait pas les pieds mais bon…), des arbres, c’est paisible (en comparaison de l’animation de la rue forcément…)

Ce qu’on aime au Red Fort ce sont les grands bâtiments (pas toujours très bien entretenus certes mais jolis quand même), les espaces verts à perte de vue et leur paisibilité, les détails architecturaux typiques…et les petits écureuils qui se baladent partout (parce que c’est mignon quand même)

Sortis de cette immense bâtisse (genre VRAIMENT immense !), déjeuner rapide (on assume clairement un MacDo pour rassurer nos estomacs encore fébriles face à la spicy food indienne), et on saute à nouveau dans le métro direction Jama Masjid, mosquée située à un arrêt de métro du Red Fort et la plus grande mosquée du pays qui plus est.

Et lààààà…. s’il n’y avait qu’un mot : « oh put**« . Si l’arrivée à Chandni Chowk nous avait pour le moins impressionnée pour son ambiance de type « n’importe qui-n’importe où-n’importe comment » (pour pas dire énorme bordel), là c’est juste on prend les mêmes et on démultiplie. Les photos parleront d’elles-mêmes je pense (ajoutez évidemment à ça une douce mélodie permanente de klaxons, les chauffeurs qui se hurlent dessus, les porteurs de toutetrien à éviter etc etc…). Le long de la rue qui nous mène à la mosquée, se succèdent marchands de papiers peints, de cartes de mariage, de papier à lettre, puis de pneus et autres ustensiles de réparations de véhicules (pas mécanicienne dans l’âme, mes excuses), tous dans des boutiques aussi grandes que ma chambre (comptez 15 m², 20 pour les chanceux). Ça a beau nous révéler une partie de Delhi qui n’est certes ni la plus belle, ni la plus conforme à nos standards de touristes, je pense que nous avons tous, in fine, apprécié l’expérience de ce capharnaüm monstrueux et pour le moins surréaliste dans lequel nous nous sommes retrouvés. Aspect sensationnel validé !

Nous arrivons ensuite à la mosquée, dans laquelle toute entrée d’appareils photographiques coûte 300 rps. Nous faisons rentrer un téléphone (dont les photos viendront plus tard). De manière non prévue mais chanceuse, le soleil commence tout juste à se coucher, ce qui ne fait clairement qu’augmenter la beauté de ce lieu grandiose (petit teasing pour les pics à venir),  illuminé par les arcades qui agissent comme des puits de lumière. Pierre rouge et marbre blanc composent l’édifice et son immense parvis au milieu duquel un bassin. Dans la mosquée à proprement parler, on trouve des espaces de prière, sur le sol, et le long des murs, de nombreuses inscriptions coraniques. Bâtiment en tout point magnifique qui ne nous a fait regretter en rien d’avoir affronté le traffic un peu turbulent de Chawri Bazar Road (le nom parle un peu de lui-même en même temps). 

Après ça, retour à l’hôtel avant de remettre les pieds à Connaught Place pour dîner et déguster quelques bières dans une chouette adresse trouvée dans Le Routard : Le Monkey Bar. Ambiance « chill » et bons petits plats assurés (servis avec assiette, fourchette et couteau, le grand luxe….!), terrasse en rooftop au second étage, on pose un vrai Like sur cet endroit.

Le récit de notre deuxième jour à Delhi ne saurait tarder, assurément dans les bacs avant 2016 !

Publicités

Une réflexion sur “French fries’ rain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s