SPICY TRIPS

Bikaner, à contretemps

Après quelques jours de préparation, tout semblait fixé et bien établi, notamment notre itinéraire. Nous nous étions donc accordé sur un bus de nuit qui nous emmènerait dans la nuit du Vendredi au Samedi, de Delhi à Jaisalmer.

Mais, nous nous rendons compte Vendredi après-midi (soit à environ 5heures de notre départ) que le dit bus a tout simplement disparu des sites de réservations (et qu’évidemment, EVIDEMMENT, nous n’avions pas réservé) (parce qu’en Inde tu mises en général sur la possibilité d’arriver et de chopper ton billet en direct avant de monter dans le bus). Visiblement nous ne réveillerons donc pas à Jaisalmer Samedi matin. Contretemps, numéro 1 : CHECK ! Nous trouvons rapidement une alternative, à savoir prendre un bus pour Bikaner, qui se trouve au Nord du Rajasthan et d’où nous pourrons ensuite sans doute aucun nous rendre à Jaisalmer, par bus (parce que là on est surs et certains que des liaisons par bus se font, et de manière régulière). Le temps de récupérer les magnifiques casquettes dont notre université indienne nous fait don en guise de « corporate accessoire », et c’est parti, en route pour Bikaner !

[ Petit point sur le trip : nous sommes 4 à partir, 4 étudiants en échange, dans la même université indienne, 2 gars – 2 nanas, pendant 6 jours ]

Samedi matin, nous arrivons donc à Bikaner. Plutôt que de re-sauter directement dans un bus, nous optons pour une visite (certes rapide) de la ville, en tant qu’étape « intermédiaire » vers Jaisalmer

Nous commençons donc notre journée avec le fort de la ville, Junagarth Fort. Comme de nombreux forts en Inde, celui de Bikaner était un peu le repère des maharajas de la ville depuis sa construction, vers 1600. Pour ma part j’ai vraiment beaucoup aimé cette visite. Peut être parce qu’elle marquait d’une certaine manière le début de notre trip, et peut être aussi parce que le soleil était au rendez-vous le temps de notre visite et que lumière du matin + ciel bleu + couleurs des bâtiments = beauté ! (pour la petite anecdote on a ensuite vécu nos premières gouttes de pluie indienne, et waouh après deux mois sans eau tu te demandes un peu d’où ça sort tout ça !) 

Au cours de la visite on ne cesse de monter et descendre des marches, de débarquer sur des petits terrasses qui nous offrent de jolis points de vue, notamment sur la ville de Bikaner et un jardin situé juste à côté. L’intérieur du fort est un vrai labyrinthe, nous suivons donc  le fléchage qui nous indique le sens de la visite. Les pièces à visiter sont nombreuses et très joliment décorées, à base de peintures très fines, et très jolies sur les murs et les plafonds.

Un peu plus d’une heure plus tard, nous en sortons, avec pour mission de se trouver un endroit où prendre un bon petit déjeuner (parce que oui nuit de bus + enchainement visite direct à l’arrivée, comment vous dire…). Un sondage de notre fidèle Routard nous pousse jusqu’à chez Natacha (tiens tiens ça ne sonne pas très indien tout ça), française expatriée à Bikaner, et présidente de l’AFEV, une association humanitaire qui joue sur plusieurs tableaux : la prise en charge d’enfants indiens orphelins, la promotion du travail artisanal local, l’environnement et le tourisme (organisation de sorties dans la région etc) (plus d’infos en cliquant sur le lien). Quand nous arrivons à l’adresse indiquée par le guide, nous pensons d’abord nous être trompés. Rien n’indique un restaurant, ni même le nom de l’association. Natacha finit par nous ouvrir, et nous accueillir chaleureusement, chez elle, dans son salon, où elle nous sert un petit déjeuner simple mais aussi copieux que savoureux. C’est là qu’elle nous explique les ambitions de l’association, la raison de son expatriation et la façon dont elle fait fonctionner l’association en accueillant des volontaires qui viennent l’aider dans son projet.

The tree sur la terasse - Bikaner

 

Nous quittons ensuite Natacha pour tenter de trouver une agence de voyage et réserver notre ticket de bus pour rejoindre notre prochaine destination, Jaisalmer (après la leçon de la vieille, on mise sur un peu de prévoyance) (c’est aussi le moment goutte de pluie, au passage). Nous trouvons assez facilement ce que nous cherchons, et comme notre bus ne part que deux heures plus tard, ça nous laisse un peu de temps pour aller se promener dans la vieille ville de Bikaner. Un tuktuk nous y emmène, nous y passons une petite heure, à errer dans les ruelles de la ville dont l’architecture est plutôt jolie. Les maisons sont de différentes couleurs et plutôt bien entretenues de manière générale.

Nous rejoignons ensuite notre arrêt de bus. 6 heures de trajet nous séparent de Jaisalmer (hashtag passionbuscouchette), où nous arrivons dans la soirée.

Et là, c’est le coup de foudre… !

 

Je vous raconte la suite de cette histoire d’amour naissante dans le prochain article, entièrement dédié à cette ville, à très vite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s