SPICY TRIPS

Bombay, d’aujourd’hui à demain

Assez procrastiné, il est plus que temps de reprendre sa plus belle plume et de vous raconter, la fin de notre voyage, le retour, l’après-Inde.

Vendredi 1e Avril, l’heure du départ a (enfin) sonnée. Notre échange universitaire est désormais officiellement terminé et nous nous apprêtons à entamer un Road Trip de 10 jours, direction l’Inde du Sud. Nous rejoignons, toutes excitées, l’aéroport de Delhi : enregistrement des bagages, contrôle de sécurité, embarquement, activation des moteurs et nous voici dans les airs. Deux heures plus tard, nous arrivons à bon port, à nous Bombay, première étape de notre périple !

Bombay, on en avait beaucoup entendu parler. En bien, et en bien moins bien. Alors même si l’on savait que la ville figurait au rang des choses “à voir” en Inde, on était loin d’imaginer que l’on en tomberait pour ainsi dire amoureuses “at the first sight”.

Pour vous décrire un peu l’endroit, vous débarquez dans une ville qui ne compte pas moins de 20 millions d’habitants (un truc comme 4 à 5 fois Paris, rien que ça…), contient le plus grand bidonville de toute l’Inde, et a du stopper la circulation des tuktuk dans son centre ville pour régler ses problèmes de pollution. Ça vous donne envie vous ? On est d’accord…

En arrivant, nous rejoignons rapidement un premier hôtel, mais en repartons tout aussi rapidement en constatant l’allure générale des chambres (trous dans les mur, odeur d’urine, couche de crasse à peu près partout, j’enpasseetdesmeilleures). Au final nous nous installons dans une auberge de jeunesse plutôt mignonne, perchée au quatrième étape d’un bâtiment dans le quartier de Colaba, qui longe le bord de mer. 

IMG_0102

Sitôt installées, nous filons déjeuner dans une adresse dénichée dans le routard : Le Café Mondegar, dont je vous parlerai dans un article futur.

Après ce repas commence réellement notre visite de la ville. C’est assez curieux mais nous avons l’impression de trouver un peu de Barcelone à Bombay (oui oui, Barcelone, en Espagne, celle-là même), du moins dans les quartiers de Colaba (là où nous logeons) et Kala Godha, juste à côté, où nous passerons ce premier après-midi. On y marche sur de grandes avenues, pavées, mais surtout bordées de grands arbres qui les ombragent et donnent un réel charme à cette partie de la ville. On perçoit aussi totalement l’influence portugaise dans l’architecture qui nous entoure, composée de grands bâtiments de pierre dans un style qui n’a absolument rien d’indien.

IMG_0165

IMG_0149

IMG_0145

IMG_0307

Mais ce qui nous épate le plus tient dans l’ordre et la civilisation qui émanent de ces lieux. Là où à Delhi trois voies de circulation en deviennent six, où les feux de circulation sont d’une totale transparence aux yeux des conducteurs indisciplinés, et les forces de police ignorées même sur le bord des routes, Bombay nous semble synonyme de respect, des lois et des personnes. Au-delà des questions de trafic urbain, les gens nous apparaissent très différents de ceux que nous croisons habituellement dans le Nord, plus disciplinés certes, mais plus civilisés surtout (histoire de ne pas créer de polémique, ceci n’est absolument pas un jugement de valeur à l’encontre de quoi que ce soit, mais bien juste l’expression de mon ressenti quant à ce que nous avons pu observer dans cette ville). Pour une fois depuis que nous sommes en Inde, nous ne sentons pas sur nous les regards qui dévisagent des passants que nous croisons, on ne nous prend pas en photo de manière délibérée, on ne nous accoste pas à chaque coin de rue pour x ou y raison. Même les vendeurs ne semblent pas adopter cette attitude oppressante voire agressive que l’on a parfois connu à Delhi, et ailleurs dans le Nord, de manière assez fréquente. Parlons peu parlons bien, ON NOUS FOUT LA PAIX, on nous laisse avancer, et découvrir cette ville qui nous a conquis dès les premiers instants.

Look up - Bombay

IMG_0141

IMG_0257

A Bombay comme ailleurs le commerce de rue va bon train, on est toujours en Inde après tout. Les spécialités locales sont : les lunettes de soleil (+2 dans nos valises), les vêtements (+…10 ?), les bijoux (+3) et….LES LIVRES ! J’aurais d’ailleurs peut-être dû commencer par là.  Figurez-vous qu’au premier coup d’œil ça ne nous a pas choqué. Peut-être parce qu’au final nous restons françaises avant tout et que ce spectacle n’a rien d’inhabituel chez nous (sans jouer les intello-bobos, qui n’est jamais passé devant une librairie ou un espace lecture en France ?). Puis nous nous sommes souvenues de là où nous étions, des problèmes d’analphabétisme du pays, des villes et des villages que nous avions déjà visité et qui nous avaient donné l’impression d’un bon dans le passé d’au moins 100 ans (même si on n’était pas là pour le voir), et nous avons tout simplement constaté que c’était pour ainsi dire la première fois que nous nous trouvions face à ce « spectacle ». En marchant, nous avons poussé la porte d’une librairie, immense et absolument magnifique. Vous savez, ce genre de librairie aux vieux meubles en bois, hautes de plafond et qui sentent les vieux livres ? Celles où, dans les films, les gens se rencontrent en faisant tomber leur pile de bouquins ? (je-suis-une-fille-fleur-bleue Bonjour). Ce genre-là oui. Nous sommes accueillies par un homme qui parle un anglais parfait (et presque sans cet accent indien qui nous fait tant rire), nous oriente vers son collègue qui n’en est pas moins bilingue, et déniche ce que nous cherchons en un clin d’œil. Pendant quelques minutes nous sommes hors de l’Inde, ou du moins hors de l’Inde que, même après trois mois, nous nous représentons encore. Et nous sommes heureuses, de ce que voyons, mais aussi de ce que cela semble vouloir dire pour l’avenir de ce pays, ou du moins de cette ville. 

Sans vouloir tirer aucune conclusion hâtive ou faire la moindre généralité totalement fortuite, j’ai néanmoins envie de vous dire que dans cette ville nous avons senti le progrès, l’envie d’une population d’aller de l’avant, de prendre en main les problèmes dont elle a conscience et que même nos yeux de touristes ont aussi réussi à identifier au gré de nos différents voyages : la discipline des habitants, leur instruction, et la question de l’environnement.

Green and clean city - Bombay

L’environnement ? « Make Mumbai green and clear ». Dans la rue, sur des affiches, sur les murs, le message est récurrent et le taureau visiblement pris par les cornes (au pays de la vache sacrée, je vous avoue que cette métaphore me semblait tout à fait à propos). C’est en voyant la première poubelle que nous nous sommes autorisées un coup d’œil vers les caniveaux de la ville : propres, les trottoirs sur lesquels nous marchions : propres, les petits espaces verts que nous croisions : propres. Pas de monticules d’ordures, donc pas d’odeurs nauséabondes au détour d’un coin de rue, et donc surtout une réduction immanquable des problèmes d’hygiène que prolifèrent les décharges publiques que nous avons eu fréquemment l’occasion d’observer dans d’autres villes d’Inde. Cette question semble donc  elle aussi prise en main et comprises des citadins. Notre sourire émerveillé ne nous quitte décidément plus. Où sommes-nous ? La ville toute entière répond-elle des mêmes règles et habitudes de vivre ensemble ? Pas totalement.

IMG_0240

IMG_0278

IMG_0271

Nous le découvrons le lendemain en allant découvrir deux autres quartiers de la ville : Fort, et Victoria Station qui se trouve juste “au dessus” (quand on regarde la carte de la ville en fait) et compte trois ou quatre “bazars” typiquement indiens . Si nous avions l’impression d’être sorti du territoire indien, c’est un vol direct pour y revenir que nous prenons ce jour-là. Mais le retour est doux. Nous nous programmons un itinéraire sympa, de bazar en bazar, chacun ayant sa spécificité, ici le tissu, là le poisson, ailleurs encore les fruits et légumes, et on tombe à nouveau sous le charme. Parce que ça vit, ça sent fort, ça crie, ça se bouscule. Le spectacle ne nous surprend pas réellement et nous réconforte même d’une certaine manière, peut être parce qu’il correspond au final davantage à ce à quoi nous nous attendions de Bombay que les quartiers que nous avions découvert jusqu’alors, peut être parce que nous avions envie pendant ces 10 jours de Road Trip de continuer à savourer l’Inde et que c’est ce genre d’ambiance que l’on connaissait et qu’on avait envie de retrouver ? Peut être. Nous y passons des heures, à déambuler dans les bazars, à discutailler avec quelques vendeurs ici ou là, à faire quelques achats, à être surprises de passer d’une ambiance à une autre selon le coeur de vente de tel bazar plutôt que tel autre, à essayer de capter les jeux d’ombres et de lumières que créent les arcades sous lesquelles nous circulons, à sourire aux gens que nous croisons et à nous-même un peu aussi. Parce qu’on se sent incroyablement bien.

Art de rue - Bombay

Halle - Bombay

IMG_0284

Depuis que je suis rentrée en France, on m’a souvent demandé si « Alors au final, t’y vivrais toi, en Inde ? ». Et s’il m’est impossible de répondre OUI  dans le sens « oui partout », « OUI, à Bombay », là, par contre, d’accord. Deux semaines après mon retour, Bombay reste clairement la ville que j’ai préféré parmi toutes celles que nous avons visité en Inde. Pour ces différentes ambiances de part et d’autre de la ville, pour l’accueil des locaux et leur gentillesse innée, pour sa proximité de la mer qui offre la possibilité de jolies promenades à ses abords, pour la beauté de ses grandes avenues verdoyantes, et tant de choses encore. 

Je vous parlerai plus en détail des choses que nous avons visité à proprement parler dans un prochain article.

Oeuf de Kholomb est bel et bien de retour, pour mon plus grand plaisir, et le vôtre aussi peut être ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s