SPICY TRIPS

Comme à la maison à Pondichéry

On reprend notre Road Trip à travers l’Inde du Sud, direction Pondichéry dans le Tamil Nadu. Ma deuxième ville préférée après Bombay, et une espèce de retour en France le temps de quelques jours.

Pondichéry (Pondi pour les intimes), on s’y sent comme à la maison. Déjà parce que quand on arrive et qu’on contacte l’auberge de jeunesse dans laquelle on veut poser nos valises, le propriétaire me répond en anglais, puis m’invite cordialement à switcher en français pour “bien se comprendre”, parce que les rues dans lesquelles nous passons pour rejoindre la dite auberge sont propres, les maisons d’un blanc immaculé, les rues vertes grâce aux arbres qui les entourent, la circulation peu dense. Enfin, ça c’est la partie dite “française”, la “french area” ou “white area” comme on dit là bas.

IMG_0541

IMG_0503

IMG_0563

Car Pondi c’est un peu comme Bombay au final (en douze mille trois cent deux fois plus petit certes), une partie développée-propre-civilisée-occidentaleàsouhait et une partie qui l’est un peu moins, la partie “tamoule” (parce que la région dans laquelle nous nous trouvons s’appelle le Tamil Nadu, vous voyez l’astuce ?), mais où il fait tout de même bon se promener et ouvrir les yeux.

IMG_0519

IMG_0501

A mon sens, Pondi on s’y promène plus qu’on ne visite. Ou du moins pas comme les autres villes. Pas que la ville soit moins belle que les autres, bien au contraire, mais parce je sais pas, cette ville me donnais juste envie (malgré les 42 degrés qui nous faisait ressembler à des serviettes tombées dans la piscine en trente secondes) d’avancer, de tomber sur un truc sympa à voir, de changer de direction pour aller prendre une ou deux photos, de se poser sur le bord de mer, ou dans un parc, de rentrer dans un marché au poisson dans une allée un peu cachée d’une grande rue (le truc que tu découvres en suivant l’odeur qui embaume toute la rue) (yummy).

Mon petit rituel solitaire sur place ? Me lever tôt le matin, marcher jusqu’au front de mer et me promener le long de celle-ci en attendant que mes deux autres compères n’émergent.

IMG_0530

Parce que oui, Pondi c’est aussi surement la ville la plus sécure que l’on ait vu d’Inde, du moins la partie française (je ne me suis promenée seule que dans cette partie de la ville et ne tiens donc pas à m’avancer sur l’autre partie de la ville que nous avons découvert entre copains plus tard dans notre séjour). Allez savoir pourquoi, mais lorsque je suis sortie me promener, seule, à aucun moment la question de ma sécurité ne m’est venue à l’esprit. Et à raison, car à aucun moment je ne me suis faite accoster, ou même scruter dans les rues que j’arpentais. Au contraire, j’ai croisé des gens, échangé trois mots par ci, un peu plus par là (à jamais gravé dans ma mémoire le souvenir d’un policier qui me demande si Mitterand est toujours le président de la France…comment te dire…), me suis faite offrir de délicieux petits biscuits secs par un vendeur de rue, et un café par un autre. Le bonheur ! 

IMG_0533

IMG_0542

L’appareil photo autour du cou, je clique dans tous les sens. Cette ville est si paisible, les rues si jolies avec les jeux de lumière crées par les arbres et les couleurs des fleurs qui y poussent (#jesuisunefillefleurbleue re-bonjour), les gens d’une gentillesse et d’une mignonitude incroyable (ces tentatives inlassables d’essayer de te dire trois mots en français juste pour te faire plaisir…).

IMG_0554

La partie tamul, c’est un peu différent, mais pas moins chouette à découvrir. Même sentiment qu’à Bombay en traversant notre “rue frontière” (qui ici est matérialisé par une rivière / canal), nous revoici en Inde pour de vrai. Le commerce de rue est à nouveau présent, la circulation dense et bruyante, les rues un peu plus “messy” slash bordéliques, les restaurants typiques de la cuisine locales, et les gens un peu plus surpris de vous trouver là que de l’autre côté de la ville. Nous nous y sommes promenées, slalomant entre petites rues et grandes artères qui la composent, suant comme jamais sous la chaleur écrasante qu’il faisait alors (42 degrés début Avril) (merci de ne pas nous avoir envoyé là bas en plein mois de Juillet), admirant les maisons colorées du quartier.

IMG_0525

IMG_0526

Ces découvertes de la ville, c’était un peu nos programmes matinaux ou de soirée avant que le soleil se couche. L’après-midi, c’était fuite à la plage, aux heures où il devenait insupportable d’érer dans les rues de la ville.

 

Mais tout ça, je vous le raconte dans mon prochain article sur le format DORMIR / MANGER / VISITER qui apparemment vous plait plutôt pas mal !

Passez un bon week-end et à très bientôt !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s