SPICY TRIPS

Pondichéry – DORMIR / MANGER / VISITER (/suer)

Dans le dernier article je vous parlais de mon coup de cœur absolu pour Pondichéry, son calme, son architecture, la gentillesse de ses habitants, et ses bonnes adresses dont je vous parle tout de suite !

#DORMIR

Lorsque nous arrivons à Pondichéry il est tôt, très très tôt. Encore à moitié endormie nous descendons du bus qui nous a mené jusque là, sortons péniblement le Routard de nos sacs surchargés (ce moment où LA chose que tu veux se trouve tout au fond de ton sac que tu te retrouves à vider en pleine rue pour la dégoter) (Amen). Nous parcourons la liste des auberges, Villa Labourdonnais, ça sonne français donc familier. Un coup de fil et quinze minutes de tuktuk plus tard, nous y voilà. Nous sommes accueilli en français par le propriétaire de l’auberge, expatrié à Pondi depuis le début de sa retraite. Comme le dit la petite pancarte à l’entrée, ici c’est “à la bonne franquette”. C’est assez drôle de pouvoir s’adresser en français, à des français, tout en restant en Inde. C’est peut être un peu ridicule, mais après trois mois à entendre principalement parler anglais, hindi ou tout autre dialecte local, ça fait un peu de bien. Nous découvrirons en nous promenant dans la ville (cf article précédent pour ceux qui l’auraient loupé) que nous aurions cette sensation de “chez soi” à diverses reprises ici.

Pour ce qui est de l’auberge en elle-même, c’est l’incarnation même du bon rapport qualité prix, simple et efficace comme on pourrait le dire. Plusieurs chambres réparties sur trois (quatre ?) étages, assez spacieuses, avec eau chaude (dont on s’est agréablement passé pour une fois étant donné les températures du moment), ventilateur (aleluja), et, ET….EEEEET, une terrasse en rooftop (le grand retour !) sur laquelle nous nous sommes organisé un petit apéro de type jambon-fromage-saucisson, comme on n’en avait pas eu la chance depuis que nous avions attéri en Inde. Evidemment, un RE-GAL ! (j’avoue être quelque peu moins excitée en vous racontant ça de France où tout ça “coule à flot” que sur le moment, mais croyez moi, c’était divin ce jour là !)

#VISITER

Comme je vous le disais à nouveau dans le dernier article, Pondi on s’y promène plus qu’on ne la visite. Néanmoins, voici quelques incontournables à mon sens. 

FRENCH AREA

  • L’Eglise Sacré-Coeur-De-JesusN’étant absolument pas une fan absolue des églises / temples et tout autre monument religieux, je dois vous avouer que j’ai  pourtant été plutôt charmé par le style de cette église catholique. Blanche et rouge à l’extérieur, elle est d’une propreté incroyable, haute, entourée de deux tours carrées qui lui donne des airs de cathédrale à l’anglaise (un petit vent de colonisation peut être ?), adaptée selon les goûts architecturaux indiens. Assez jolie. Mais le mieux reste l’intérieur, qui n’a pas arrêté de me faire rire. Absolument blingbling, les statues y sont entourées de guirlandes lumineuses, façon disco / Noël / kitsch à souhait. Totalement décalé par rapport à toutes les églises que l’on peut voir en Europe qui tendent souvent vers des styles plutôt sobres, voire ternes et quelque peu austères, à mon goût tout du moins.

IMG_0520

IMG_0517

Nef d'église - Pondi

 

  • L’Ashram de Sri AurobindoSitué dans le coeur Tamul de Pondichéry, l’Ashram a été le lieu de résidence de Sri Aurobindo, ancien leader du Mouvement nationaliste mais aussi philosophe et grand maître du yoga et de la méditation hindou. L’Ashram que nous visitons c’est surtout un grand jardin dans lequel des gens sont assis, méditent, et déposent des fleurs sur une espèce de stèle située au milieu de l’endroit. Un silence total y règne, presque gênant quand on ne fait que passer et qui plus est sans aucune connaissance des pratiques liées à la méditation. Nous ne restons pas très longtemps, d’autant plus que les photos sont interdites à l’intérieur. Une visite reposante et gratuite au passage !

Elephant Om - Pondi

(éléphant shooté à proximité de l’Ashram, devant un temple voisin)

  • Barathi ParkCe parc, je l’ai d’abord découvert seule, un matin en me promenant. Longeant le front de mer, j’aperçois des arbres, puis les grilles d’un parc ultra vert et ombragé, et décide d’aller y faire un tour. Et c’est sans regret car l’endroit est d’un chou absolu (comprendre “trop chou”). De petites allées forment une espèce d’étoiles et convergent vers un monument de type arc de triomphe, en marbre blanc. Avec le vert des arbres qui l’entourent, et la lumière matinale, c’est sublime ! De part et d’autre dans le parc, des petites statues, de sirènes, de vaches sacrées, de coquillages (oui bon…), c’est tellement agréable de s’y promener. Nous y retournerons avec Benji et Phim le lendemain soir, à la tombée de la nuit, ce qui ne fut pas moins agréable au passage.

IMG_0538

IMG_0537

  • La CathédraleSituée dans la partie Tamul de la ville (oui moi aussi je me suis longtemps posée la question de cette géolocalisation), nous nous réfugions dans la cathédrale plus que nous ne la visitons, tentant en vain d’échapper à la chaleur après 20 minutes de marche le long de la grande Mahatma Gandhi Road, une des artères principales de la ville. Eurêka, à l’intérieur il fait frais et nous nous installons sur un des banc de la nef pour admirer l’édifice de l’intérieur. Simple et sans fioriture, le monument est joli. Voilà, rien à ajouter.

IMG_0529

  • Les marchés. Marchés au poisson, de fruits, de légumes, ce n’est pas ce qui manque à Pondi. Les odeurs y sont plus ou moins fortes et agréables selon les goûts de chacun (comment ça vous ne raffolez pas de cette douce odeur de poisson à 9 heures du matin ? Pas comprendre), mais l’ambiance y est toujours incroyable pour qui veut se plonger au cœur de l’authenticité de la ville. On déambule entre les étalages, les marchands qui vous regardent de haut en bas et vous demandent parfois de les prendre en couleur, hurlent à qui veut l’entendre que leurs produits sont les meilleurs (enfin c’est ce qu’on imagine étant donné la barrière linguistique) (la classique des marchands sur le marché quoi), papotent. Du monde partout, qui grouillent dans tout les sens, nous retrouvons l’ambiance que l’on dirait “purement” indienne telle qu’on la connait. Les gens repartent chargés de produits frais, heureux, et nous aussi après avoir eu la chance de tomber face à ce spectacle. Niveau répartition géospatiale, on trouve de tels marchés le long des grandes artères de la ville, principalement Mahatma Gandhi Road et Jawaharlal Nehru Road. Aux allures de petits passages entre deux maisons, on pourrait presque les louper s’ils ne dégageaient justement pas cette odeur de poisson, immanquable pour le coup.

Vendeuse de poisson - Pondi

Halle au poisson - Pondi

  • La statue de GandhiPour le coup point de visite, mais un coup d’oeil rapide à cette immense portrait 3D de la figure emblématique du pays (pour l’avoir face à vous chaque fois que vous sortez un billet, je pense qu’on peut dire ça comme ça). Situé sur le front de mer, le bon point de départ d’une chouette balade dans le coin, et un joli monument au demeurant. 

 

  • Les plages du coin. Serenity Beach & Auroville Beach(s). Toutes deux situées à quelques kilomètres de Pondi, on les rejoint soit en bus (le numéro 7 de mémoire) (enfin vous demanderez, les locaux sont toujours ravis de vous indiquer où et quand sauter à bord), soit en tuktuk (en négociant bien en revanche). Nous y avons….larvé (?) (je ne vois pas comment décrire ça autrement tout simplement), esquivant totalement la ville et sa chaleur intenable, les deux après midis où nous étions sur place. Le plus, c’est….l’eau (à l’Ouest rien de nouveau, merci Chloé), la mer, les vagues, un peu de fraîcheur, AMEN (again), et le fait qu’il n’y ait pas trop de monde à cette époque de l’année, et dans ce coin là tout simplement. Pour le coup on s’est senti très seuls  en tant que touristes sur cet espace de sable, totalement seuls à Serinity Beach, et entourés d’indiens à Auroville Beach. Le moins, c’est…la saleté de la plage, de quoi me mettre totalement en rogne sérieusement (du style à tout moment tu t’empales le pied sur une boite de conserve slash du verre brisé slash des bouteilles d’eau en plastique slash le slip de n’importe qui l’ayant laissé là) et les indiens. Alors en toute honnêteté c’est bien la première et dernière fois que vous verrez écrit ça sur ce blog. D’une parce que nous n’avons jamais été “embêtés” par des personnes venant nous accoster de manière trop brutale ou trop gênante tout au long de notre voyage. De deux parce que je trouve ce genre de remarque et considération la plupart du temps exagérées et mal venues (après tout on est en Inde et c’est à peu près le truc qu’on vous dit TOUJOURS avant que vous ne décidiez d’y mettre les pieds “tu verras, les indiens, les photos etc”). Mais là pour le coup, ça m’a gavé. Parce que les photos délibérées quand tu te baignes, les 5 gars qui te tiennent la jambe pour te réclamer des selfies, toi qui dis non, les mecs qui reviennent et ça à peu près 5 fois, pour qu’au final ils se tapent royalement de ta non-approbation et te shootent quand même “à la volée”, là…ça m’a gentillement soulé. En soi ça ne nous a pas empêché de nous poser sur cette plage (sale), de nous baigner, ni de passer un bon moment, juste un côté épuisant quand ça s’étend sur deux trois heures non stop. BREF. En tant qu’anti-chaleur, ces plages là je vous dirais oui, mais sinon NON. Pour ces raisons (ces tas d’ordure à l’entrée, non désolée mais je ne m’en remets toujours pas).

Sur notre route vers la chillance - Serenity Beach - Pondi

IMG_0557

Palmtree - Serenity Beach - Pondi

 

#MANGER (/se péter le bide) (avec de la bouffe française !)

Comment ne pas vous faire un paragraphe sur la nourriture dans une ville où figuraient sur chaque menu “french…”. Petit concentré des adresses testées et aprouvées. 

  • Baker StreetLa première adresse testée sur place, en arrivant, pour le petit déjeuner. Véritable boulangerie, vous y trouverez tout ce qu’il faut pour vous concocter le petit déjeuner dont vous rêvez depuis que vous êtes arrivés. Chocolatine (pain au chocolat pour les vrais), croissant, pain au raisin, viennoise, pain au lait, faites votre choix. Niveau boissons ça va du jus de fruit frais au café noir, en passant par le chocolat chaud, les basiques qu’on aime quoi. Les propriétaires et serveurs sont A-DO-RA-BLES, et les prix corrects au final, surtout quand on a attendu aussi longtemps pour retrouver ce genre de saveurs.

 

  • Made In GalleryAutre spot testé en petit-déjeuner (mais valable aussi pour tout autre plat vu leur menu débordant), que l’on adore pour ses french croissant délicieux (toujours les mêmes), et pour le cadre, à savoir un petit jardin si mignon, ombragé et dont les murs sont recouverts de peinture. Il ne s’agit pas seulement d’un café / restaurant, mais aussi d’une boutique de petits créateurs et galerie d’art. Les produits proposés sont canons, je suis d’ailleurs repartie avec deux petites pochettes super choues sur lesquelles j’ai craqué.

Café des artistes - Pondi

Monkey Graffiti - Café Gallery - Pondi

Breakfast Café Gallery - Pondi

Graffiti 1 - Pondi

Tiger Grafitti - Café Gallery - Pondi

 

  • Le Café des Arts. Situé rue de Suffren si je ne me trompe pas (dans la partie française quoi qu’il en soit, et pas trop loin de ce coin là), autre petit café que j’ai A-DO-RE, un peu dans la même vibe que le précédent. A l’intérieur, vous vous asseyez dans des canapés, face à une bibliothèque hyper fournie et qui contient des livres du monde entier (et donc dans à peu près toutes les langues possibles et imaginables) (donc en français pour ceux qui passeraient pas là et les amateurs de lecture éphémère), dans une espèce de salon qui vous fait vous sentir…chez vous (enfin peut être pas) (mais vous voyez l’idée). Ambiance super chaleureuse, les serveurs vous accueillent avec une gentillesse incroyable, et de petites attentions tout aussi adorables. Dehors posez vous à une table sous les palmiers qui ombragent la cour, d’un calme total, et à nouveau d’un chou absolu (ce sera donc l’expression du jour bonjour). Je m’y suis retrouvée lors de ma première promenade en solitaire, clairement au hasard, séduite par le mur jaune de l’entrée et les petits dessins qui le décorent, et je suis évidemment tombée amoureuse de cet endroit en y entrant. Si je ne devais vous conseiller qu’une seule chose sur leur carte : le jus frais citron – gingembre – menthe (à condition d’aimer au moins ces trois ingrédients, of course !). Tellement, mais TELLEMENT rafraîchissant, un vrai plaisir après cette petite promenade matinale.

Au café des arts - Pondi

IMG_0556

Balloon et elephant - Pondi

  • Le CaféBon pour le coup, niveau originalité dans le nom, on est d’accord, on a vu mieux. Niveau carte et assiette servie aussi au final. Pour en avoir fait le point d’arrêt de ma deuxième promenade matinale, je n’ai en toute objectivité pas été séduite par l’endroit (en même temps après le Café des Arts la veille, la barre était sacrément haute placée c’est pas faux) en lui-même. Son cadre en revanche, comment vous dire… Se poser de bon matin pour siroter un café, face à la mer, palmier à droite, palmier à gauche…. On a vu pire !

Single Breakfast - Pondi

Every morning be like - Pondi

  • L’Hôtel Du Parc. On upgrade légèrement dans le genre restaurant sur le pouce, on n’y est pas trop. Pour la petite anecdote, nous avions prévu de partir en début de Pondichéry pour rejoindre Chennai. Dernier matin égal dernière promenade / shopping puis dernier déj et hop saut dans le bus (aussi renommé le bus de l’enfer depuis que 2 heures de trajet se sont transformés en 8 / 9 /10 heures jenesaisplus, bref). Nous partons donc nous promener, bien décidées à profiter de nos derniers instants dans cette ville que l’on adore, quand nous sommes rattrapés par les degrés qui montent, montent, montent, chaque minute un peu plus. Nous nous offrons un peu de shopping (je vous laisse justement vous imaginer les essayages de robes en pleine rue quand vous transpirez à peu près autant qu’après 72 kilomètres de course à pied) (hummm miam miam), puis Benji nous rejoint et là c’est mission restau, ne serait-ce que pour boire quelque chose de frais et ne pas finir par mourir la bouche ouverte sous le soleil sur un bord de trottoir. Et bref, l’hôtel du parc, sa belle façade, sa jolie cour et l’argument de choc de la clim à l’intérieur, nous voici attablés. La carte est dense, j’opte pour une salade de fruits, Phim une salade verte au poulet, et Benji pour des pâtes à la tomate. Rien de bien original, mais de sacrées saveurs dans l’assiette et en bouche. Service impec, cadre super agréable, prix certes un peu élevés par rapport à ce dont nous avions l’habitude, mais un pouce vert tout de même pour ce joli restaurant à deux pas de Mahatma Gandhi Road, cette rue que vous ne quittez jamais à Pondi.

 

Vous l’aurez compris faute de répétition, Pondi, c’est de la promenade, et une session rattrapage niveau « bouffe de chez nous ». Pour moi c’est aussi un vrai coup de cœur, des petits cafés tous plus mignons les uns que les autres, la plage (en fermant les yeux sur certains détails) (voir ci-dessus), des personnes adorables et des promenades matinales revigorantes.

J’en repars le cœur aussi léger que lourd (la fille pas trop paradoxale). Léger car émerveillé par cette jolie ville, et un peu lourd car ça commence pour ainsi dire à sentir la fin des vacances, de notre Road Trip et donc….de l’Inde (et oui, déjà !). Plus qu’une journée à Chennai et nous regagnerons déjà Delhi. Mais bon, rien ne sert de courir, je vous expliquerai tout très vite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s