SPICY TRIPS

La plage de Chennai, l’avion vers Delhi

Alors autant, je pense que vous l’aurez compris, Pondichéry j’en suis tombée amoureuse, autant Chennai, comment vous dire…point du tout. Mais genre vraiment PAS-DU-TOUT  (allez hop tout est dit, emballé c’est pesé, terminé bonsoir)

Pour tout vous dire, c’était déjà mal barré, rien qu’avec le trajet pour rejoindre la ville. En temps normal (comprendre sans trop d’embouteillage et si votre bus ne perd pas une roue / son pare brise / le toit), 2 à 3 heures suffisent pour aller de Pondichéry à Chennai. Pour information, nous avons mis 8 heures, si c’est pas plus même. La faute à un meeting de campagne d’un parti en liste pour la reprise de l’état du Tamil Nadu aux prochaines élections, et aux bouchons monstrueux que ça a créé. Plus de 5 heures à l’arrêt, sous 40 degrés, dans un bus sans fenêtres, sans aération, sans clime, aux sièges en cuir. Sans jouer les princesses, un EN-FER.

Bus de la victoire - Vers Pondi

Alors que nous sommes pour ainsi dire coincés dans ce bus-four, des hommes hurlent sur la route, dans et sur des voitures, agitent des drapeaux, tapent sur notre bus, ambiance légèrement anxiogène pour tout vous avouer. Mais on prend sur nous, en se disant que de toute façon on n’a pas le choix et que dans quelques heures tout ira mieux, quand nous arriverons à destination. 

Nous finissons par arriver à Chennai, assez tard le soir, fatigués comme jamais. Et là nouvelle découverte peu radieuse, la gare routière dans laquelle nous arrivons n’est autre qu’une espèce de bidonville où des centaines de personnes dorment sur le sol. C’en est un peu trop pour moi, rapidement les larmes me montent aux yeux, j’ai envie de partir d’ici, et vite. Nous sautons rapidement dans le premier tuktuk que nous trouvons, sans aucune négociation de prix, avec pour seule envie de quitter cet endroit le plus vite possible. Nous regagnons notre hôtel pour la nuit, où Rohan, un ami indien à nous nous attend déjà. Nous y passerons la soirée, à raconter nos Road-Trip respectifs. Ça commence à réellement sentir la fin du voyage, je suis déjà un peu nostalgique des trois mois passés si rapidement.

Le lendemain matin, Rohan part travailler, nous restons tous les trois pour ce dernier jour de trip avec Benji et Phim. Après un rapide coup d’oeil au Routard, rien qui ne nous attire particulièrement comme visite, nous décidons d’aller profiter une dernière fois de l’Océan Indien, à la plage.

Dernier chill - Chennai

Nous sautons dans un taxi qui nous y emmène, et quand nous arrivons, nouvelle déception. A Chennai la plage c’est du sable, sur une étendue immense et vide de toute végétation. Alors oui, à Pondi on se plaignait de la saleté, mais ici on cumule ça ET l’absence totale de charme genre vous vouliez une plage ? Vous avez du sable ? Vous avez la mer ? Vous posez votre sable là et POF une petite plage. (Si toi aussi tu as pensé à ça)

Dernier tuk indien de Benji - Chennai

BREF, nous y passons l’après-midi, à nous reposer, à chiller tout simplement. Dernier après-midi oblige. Après s’être bien doré la croûte, nous regagnons l’hôtel, le temps d’une petite douche puis destination l’aéroport, déjà. Le temps des « au-revoirs » et des gros bisous d’amour. Benji enchaîne sur un trip au Sri Lanka et en Thaïlande (où il continue d’ailleurs de se la couler douce) (alors qu’on est sur le point de tous mourir enfoui sous les flots) (ou comment plus rien ni même le temps ne te rattache à tes trois mois sous le soleil indien) alors que nous rentrons à Delhi avec Phim.

Delhi. A deux heures seulement de vol de Chennai. Une fois que nous y posons pieds, une drôle de course contre la montre commence en nous. Il ne nous reste plus qu’un jour ici, une seule petite journée. Et dans un jour et demi le grand départ, back to France, retour à la casa, ciao India. D’ici là une valise à re-packer (forcément, quand tu changes de vol et que tu te retrouves avec une valise au retour contre deux à l’aller) (et sachant que tu as acheté la moitié du pays en termes de bijoux slash fringues slash maroquinerie…) et à ramener à l’hôtel, du shopping pour nos familles, des lieux “sacrés” à revoir, des au-revoirs à murmurer. 3, 2, 1 c’est parti !

Voilà, c’était le dernier. Dernier article sur notre Road Trip en Inde du Sud que j’ai littéralement A-DO-RE vous raconter, même s’il a fini par légèrement traîner en longueur le coquin. J’en reviens heureuse, ressourcée, émerveillée, impatiente de tout expliquer à ma famille en rentrant, et d’une certaine manière même impatiente de rentrer à la maison au final. Parce qu’au point où on en est…

Je vous retrouve très vite pour de nouveaux articles parce que oui, l’Inde j’ai encore plein de trucs à vous en dire !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s